Monday 24th April 2017,
leblogenergie

Chine: baisse du dynamisme de la progression des ventes de véhicules routiers

Chine: baisse du dynamisme de la progression des ventes de véhicules routiers

L’an dernier, alors que d’éminents économistes mondiaux annonçaient une crise imminente de l’économie chinoise, nous assistions, dans ce pays, à des ventes de véhicules routiers d’un grand dynamisme avec des progressions annuelles à deux chiffres (+13,7% en 2016). Le temps n’est plus, c’est maintenant une stabilisation économique que ces docteurs nous annoncent et pourtant!

La « China Association of Automobile Manufacturers » (CAAM) nous annonce que durant le premier trimestre 2017, une piètre progression des ventes de véhicules de 7% pour atteindre les 7 millions d’unités a été enregistrée. Ventes en progression grâce à des volumes en bonne croissance au cours du seul mois de Février (FIG.).

Partant du postulat personnel qui veut que les ventes de véhicules routiers en Chine progressent deux fois plus vite que la croissance économique de ce pays, il est alors possible de soupçonner l’existence d’une faible croissance économique de l’économie chinoise, en ce début d’année 2017.

En 2016, pour des ventes globales de véhicules de 28 millions d’exemplaires, les véhicules électriques sur batteries (BEV) ou hybrides rechargeables (PHEV) ont représenté 507 mille exemplaires, soit 1,8% des ventes.

Au cours de ce premier trimestre 2017 ces ventes subventionnées de véhicules électriques, pénalisées par de piètres ventes du mois de Janvier, n’ont atteint que 56 mille exemplaires, soit 0,8% des ventes de ce trimestre.

Même en Chine, les volumes de vente de véhicules électriques dépendent largement de l’accès aux subventions publiques par les réseaux professionnels de vente.

Ceci peut expliquer la très faible part des ventes de véhicules électriques en Chine durant ce premier trimestre.

Le monde tel qu’il est n’est pas celui qu’il devrait être.

Le 19 Avril 2017

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. Amiral_sub avril 19, 2017 à 9:51

    On peut ajouter qu’en Chine comme en occident la malédiction de la mode du SUV sévit, avec ses consommations de carburant élevées. La Norvège et dans une moindre mesure la France ont des politiques en faveur des véhicules « propres » assez efficaces

  2. Raymond Bonnaterre avril 19, 2017 à 1:24

    A la différence près que le marché chinois des véhicules routiers représente 30% du marché mondial. Il est même supérieur au marché européen.
    La Norvège, riche de son pétrole, doit à tout prix dilapider ses recettes, quant-à la France il est bien connu qu’on ne compte pas,… le contribuable suit.

Commenter cet article