Thursday 29th June 2017,
leblogenergie

L’excès de capacité de génération électrique allemande met en péril les stations de pompage alentour

L’excès de capacité de génération électrique allemande met en péril les stations de pompage alentour

Le caractère aléatoire et intermittent des générations d’électricité éoliennes et solaires allemandes a imposé de mettre en place de larges surcapacités de production pour pallier le manque impromptu de vent ou de soleil dans ce pays industrieux. L’Allemagne, pour générer dans les 541 TWh d’énergie électrique annuelle, dispose d’une puissance installée de 195 GW dont près de 89 GW de centrales à flammes alimentées de lignite, de charbon, de gaz, de biomasses diverses. Le taux de charge moyen de ces larges équipements germaniques est inférieur à 32%. Cela veut dire que, à un instant donné,  plus des deux tiers des équipements de génération sont statistiquement à l’arrêt dans ce pays qui a massivement investi dans les ENR alors que la demande de puissance électrique était étale.

Une des conséquences de cet état, est un effondrement des cours de l’énergie électrique, en particulier au moment des heures de pointes, ce qui agit à la baisse sur l’écart de prix entre heures creuse et heures de pointes (FIG.), écart qui permet de rémunérer les centrales de pompage-turbinage allemandes (rares) et helvètes beaucoup plus nombreuses.

On constate donc, ce qui est souvent annoncé ici, l’incompatibilité économique entre stockage de l’énergie électrique et excédent de capacité de génération, excédents nécessaires à la stabilité du réseau. Les charmes de l’interconnexion en Europe de l’Ouest font que l’excès de capacité allemand rend déficitaires les stockages hydrauliques des pays voisins. Façon agressive et peu élégante d’imposer une fausse image écolo au soi-disant virage énergétique.

LIRE un très intéressant papier sur ce sujet dans Bloomberg.

Le 20 Mars 2017

 

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. Tonton mars 27, 2017 à 9:22

    Autre catastrophe en cours : l’Australie du Sud.

    http://www.geopolitique-electricite.fr/documents/ene-221.pdf

    L’écriture de cette petite étude n’est pas des plus heureuses mais elle a le mérite de la synthèse. À consulter les liens de bas de page pour aller dans les détails. Tellement de matériel intéressant à exploiter.

  2. Raymond Bonnaterre mars 29, 2017 à 1:54

    Merci Tonton, j’ai suivi les tribulations électriques de la Southern Australia sur le site de Jo Nova.
    http://joannenova.com.au/2017/03/aemo-report-blames-renewables-sa-blackout-due-to-lack-of-synchronous-inertia/
    Une des causes de ce fiasco énergétique provient d’un faible équipement de cet état en génératrices tournantes et d’un trop large en éoliennes sensibles aux aléas climatiques.
    En Europe, nous disposons d’un large excédent de capacités de productions classiques, pour une demande stable. Ce genre d’incident ne devrait pas nous toucher.

  3. Tonton mars 31, 2017 à 10:59

    Je me suis moins intéressé à ces sujets ces derniers mois. Je lirai avec intérêt ce blog.

    Effectivement nous sommes loin des taux de pénétration très importants de cet état ! Mais c’est un cas-limite qui servira, comme celui de l’Allemagne, à des mises en garde réelles face aux délires de certains.

Commenter cet article