Monday 22nd May 2017,
leblogenergie

Vingt pays dans le monde assuraient, en 2014, 80% des émissions de CO2

Selon l’agence de l’environnement néerlandaise (PBL) d’où sont extraites ces données, les émissions industrielles de CO2 dans le monde (y compris la production de chaux et de ciment) atteignaient en 2014 les 35,7 milliards de tonnes. Elles auraient très peu progressé (de 0.5%) par rapport à celles comptabilisées en 2013 qui atteignaient les 35,5 milliards de tonnes. Cette Agence attribue cette faible progression à la modération des émissions chinoises qui n’auraient progressé que de 3% d’une année sur l’autre, alors que la tendance historique des progressions des rejets de ce grand pays, sur les 25 dernières années connues, est de 6,1% (TAB.). Dispersion des données statistiques, sous-déclarations provinciales, tertiarisation de l’économie chinoise, efforts réels dans la réduction des émissions chinoises?

L’avenir nous dira, peut-être, la contribution de chacun de ces éléments dans un éventuel changement de pente des émissions chinoises de CO2 qui reste à confirmer.

PBL publie les émissions de CO2 des 20 pays dans le monde qui participent le plus à ces rejets (TAB.)

TAB. Rejets de CO2 enregistrés en 2014 et 1990 par certaines grandes nations et publiés par le PBL néerlandais, progressions annuelles moyennes durant ces 25 ans, variation des données publiées pour 2014 par rapport à celles de 2013.

Il ressort de ces données, tout d’abord, qu’elles représentent pour 2014, avec un total de 28,4 milliards de tonnes, près des 80% des émissions mondiales de CO2.

Classées par progressions moyennes décroissantes, la Chine est toujours leader de la classe mais avec une nette tendance à la modération (à confirmer). Par contre l’Inde, placée en deuxième position, présente une nette progression par rapport à la tendance longue; signe de sa récente émergence économique.(colonne bleue)

De même les rejets de l’Iran et de l’Afrique du Sud ont été revus en forte hausse par le PBL.

Enfin, le dernier de la liste, sorte d’idéal écologique, l’Ukraine confirme sa position.

Il ne vous étonnera pas qu’en tête de classe, figurent les contrées mondiales économiquement en pointe et en queue de peloton les pays européens avec la Russie et l’Ukraine, aux économies moins toniques.

La progression des émissions de CO2, en moyenne de 2% par an depuis 25 ans, est toujours un marqueur de la santé économique des nations.

Remarque: si on ajoute à ces émissions industrielles mondiales 4 milliards de tonnes de CO2 rejetés par les déforestations et les changement de cultures dans le monde, il est possible d’estimer la totalité des rejets annuels anthropiques de CO2 dans le monde autour des 40 milliards de tonnes. Chaque année, en moyenne, 19 milliards de tonnes aliment le stock de CO2 atmosphérique (2,4 ppm en volume). Cela veut dire que l’équivalent de  plus de la moitié des émissions anthropiques de ce gaz  est, en moyenne,  toujours absorbée du stock atmosphérique par les terres et les mers, flux qui suivent allègrement la progression moyenne annuelle de 2%  des rejets industriels.

Une stabilisation des rejets anthropiques, au niveau actuel des 40 milliards de tonnes, devrait faire, peu à peu, démarrer un processus de stabilisation dans le temps, du stock de CO2 atmosphérique. L’enfer climatique serait alors rejeté à plus tard, si les Dieux, toujours maîtres du climat, le veulent-bien.

ACCEDER aux mêmes données de 2013

Le 2 Février 2017

Partager cet article

Article de

Commenter cet article