Sunday 20th August 2017,
leblogenergie

OCDE: depuis 2013 les utilisations de carburants pour les transports accroissent les consommations de produits pétroliers

Raymond Bonnaterre énergie fossile 4 commentaires
OCDE: depuis 2013 les utilisations de carburants pour les transports accroissent les consommations de produits pétroliers

Il est bien connu que les consommations asiatiques de produits pétroliers tirent vers le haut les volumes mondiaux de ces consommations. Le développement global en besoins énergétiques dans les transports est liée à la croissance économique du monde et à celle des classes moyennes, essentiellement asiatiques. Mais aujourd’hui la vive croissance des besoins mondiaux en produits pétroliers est aussi liée à celle des pays riches de l’OCDE qui se superpose à celle des consommations asiatiques. Cette forte croissance des consommations (prévue, en ce moment, à 1,6 million de barils par jour en 2017 et 1,5 million de barils par jour en 2018 par l’EIA américaine),  confrontée à de provisoires surcapacités de productions mondiales de pétrole, est un des paramètres qui explique la bonne tenue récente des cours du baril de pétrole.

Les publications de l’IEA nous informent des volumes de consommation de divers produits pétroliers des pays de l’OCDE. A partir de ces données,  il est possible de calculer les consommations totales en carburants (essence, gazole et kérosène) et d’en déduire les consommations d’autres produits (naphta, bitumes et autres produits lourds) non dédiés aux transports (FIG.I).

Il apparait que les consommations quotidiennes  de carburants, dans les pays OCDE, progressent régulièrement de 1,5 millions de barils depuis 2013 (courbe rouge) alors que celles des autres produits après une chute autour d’un million de barils sont maintenant stables (courbe bleue).

La conjonction des consommations asiatiques avec celles des pays de l’OCDE, tirées par les besoins en carburants, font croitre gaillardement les consommations de produits pétroliers dans le monde.

Ces faits permettent de relativiser les annonces, réalisées par certains bonimenteurs, d’une décroissance imminente des consommations de carburants dans les transports.

Le 14 Janvier 2017

Partager cet article

Article de

4 commentaires

  1. Amiral_sub janvier 19, 2017 à 1:24

    ça c’est une honte, parce que les alternatives existent.

  2. Raymond Bonnaterre janvier 20, 2017 à 7:53

    Plus de 7 milliards de vos contemporains intriguent, sans scrupule, contre vous, Amiral, c’est un fait et non un jugement de valeur.
    Il va falloir vous y faire.

  3. Amiral_sub janvier 23, 2017 à 9:11

    Je suis une fois de plus d’accord avec vous. Il n’empeche que c’est une honte de se foutre du climat, de l’écologie (par ses pics de pollutions récurents) et des réserves fossiles. Quand on n’a pas le choix passe encore, mais là…

  4. Raymond Bonnaterre janvier 23, 2017 à 2:03

    Don’t worry amiral, l’escroquerie sur l’origine anthropique climatique du moment va devenir de plus en plus criante. L’homme ne maîtrise pas le climat de la planète, même s’il essaie de s’en persuader. Les manettes sont tenues par les Dieux.

Commenter cet article