Monday 24th April 2017,
leblogenergie

Un exercice incertain et périlleux: anticiper des cours du pétrole

Raymond Bonnaterre énergie fossile 3 commentaires

La prévision des variations des cours du pétrole dans le monde relève de l’analyse factorielle multiple qui prendrait en compte les variables quantitatives (cours du dollar, ampleur des stocks dans diverses zones, capacités mondiales de productions, investissements dans l’exploration production, demande mondiale en produits pétroliers, cours de break-even de diverses extractions, cours de capitulation ou de disparition des acteurs. Cette analyse doit aussi tenir compte de paramètres qualitatifs de premier ordre, difficilement quantifiables tels que l’humeur de Princes Saoudiens, la volonté de coopération des dirigeants russes avec ces derniers, les nombreuses tentatives d’intoxication de l’humeur des marchés par les soi-disant experts des grands groupes financiers et autres traders.

Bref une équation d’une grande complexité dans laquelle les meilleurs se font rouler. A ma connaissance, j’ai retenu les expériences d’analyse multifactorielles  d’Akira Yanagisawa qui, bien-sûr, en 2011 n’avait pas prévu la rébellion saoudienne, décidant d’abandonner sa mission de teneur de marché international du pétrole.

Je pense, cependant, qu’il est possible de déterminer de grands seuils de cours au-delà desquels  une pérennité des cours devient fortement improbable.

Celui qui me semble évident est le seuil inférieur des cours pour lesquels les opérateurs physiques mondiaux  disparaissent. Un marché peut aller dans les pires excès sauf celui de faire disparaitre le dit Marché. L’auto-destruction d’un marché n’est pas une hypothèse acceptable, sauf si le produit coté est devenu inutile ou mondialement banni, je pense au Cadmium par exemple. Mais je ne pense pas que le monde de l’énergie soit en mesure de bannir, aujourd’hui et pour belle lurette, le pétrole et ses dérivés. Dernièrement les retraits des cours vers les vingt dollars le baril ont entraîné  la capitulation de nombreux opérateurs américains de l’industrie parapétrolière et de l’extraction des huiles de schistes.  Ce seuil des 20 dollars le baril constitue en ce moment une borne basse des cours au delà de laquelle les opérateurs, à court ou moyen terme, disparaissent. Certains s’inquiètent même de la pérennité des activités pétrolières du Venezuela, si mal géré par de fins guignols populistes et disposant, sur le papier, des premières réserves mondiales.

Le seuil haut est beaucoup plus complexe à définir. En période de pénurie, moment où la demande voudrait dépasser l’offre, il a été constaté dans le passé que ces cours peuvent dépasser gaillardement les cent dollars le baril. Mais en période d’excès d’offre, après une phase de copieux investissements dans l’exploration production, comme c’est le cas aujourd’hui, ce seuil haut doit correspondre au prix marginal pour lequel certaines productions abondantes retrouvent leur rentabilité. Aujourd’hui ce sont certaines extractions d’huiles de schistes américaines qui déterminent ce seuil. Les milieux informés parlent alors de 50 à 60 dollars le baril. Prix du baril à partir duquel tous les aventuriers américains, aidés par leurs banques régionales, se remettent à forer le sol de leur pays.

Le marché du pétrole mondial se trouve donc aujourd’hui et pour de longues années dans une phase de consolidation qui consiste à purger les excès de stocks et ceux de capacités d’extraction par le jeu de la déplétion. Pourquoi de longues années: en raison de l’ampleur des stocks et de la rémanence des processus (par exemple, malgré des cours actuels déprimés, le Golfe du Mexique produit encore, en ce moment, en abondance du pétrole en raison des investissements réalisés durant la décennie précédente (FIG). Les investissements ayant été réalisés autant en tirer quelque chose en cash, même si c’est le cinquième de ce que l’on espérait, au départ.).

Lors du dernier super-cycle du pétrole entre 1980 et 2010, cette phase de consolidation s’était étalée sur une décennie, délai nécessaire pour que le marché mondial passe de la surabondance de l’offre, à la pénurie.

Il est possible de penser raisonnablement que le marché du pétrole est entré en 2015 dans une longue phase durant laquelle les cours vont osciller dans une plage de 40 + ou- 20 dollars le baril (FIG.). Dans un climat de croissance continue de la demande, il faudra attendre le milieu des années 20 pour voir émerger à nouveau une longue phase de pénurie des capacités d’extraction et de montée des cours.

Bien-sûr je ne place aucun pari sérieux  sur cette prévision incertaine qui peut être démolie, à tout moment, par un obscur prince du pétrole en colère ou un oukase du Kremlin

LIRE l’analyse multifactorielle historique des cours par Akira Yanagisawa

Le 6 Mai 2016

 

 

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. anonymous56 mai 8, 2016 à 9:11

    Bonjour Raymond,

    La baisse des matières premières entraine une réduction de la main d’œuvre par automatisation ou téléopération :

    La main d’oeuvre des plateformes pétrolières et les équipements pour les loger sur celles-ci semblent couter trop cher :

    Les plateformes autonomes, nouvelle solution
    pour la mer du Nord?
    http://www.meretmarine.com/fr/content/les-plateformes-autonomes-nouvelle-solution-pour-la-mer-du-nord

    et c’est la même chose dans les mines australiennes :

    Driverless trucks move all iron ore at Rio Tinto’s Pilbara mines, in world first
    http://www.abc.net.au/news/2015-10-18/rio-tinto-opens-worlds-first-automated-mine/6863814

    PS : Raymond dit « sauf si le produit coté est devenu inutile ou mondialement banni, je pense au Cadmium par exemple.  »
    Tu peux préciser ce que tu veux dire sur le Cadnium ?

  2. Raymond Bonnaterre mai 9, 2016 à 3:51

    a56
    Le Cadmium, métal lourd, sous-produit fatal de la production de Zinc, était dans le passé utilisé dans divers secteurs:
    -les accumulateurs Ni-Cd qui ont disparu d’occident; il doit en rester un commerce en Chine
    -les vis et autres dispositifs de fermeture qui étaient cadmiés et présentaient une superbe coloration dorée. C’est fini sauf sur certains aéronefs.
    -les pigments allant du rouge au jaune à base d’oxyde de cadmium. Ils ont été remplacés.
    -il semble subsister aujourd’hui un marché restreint du tellurure de Cd (CdTe) utilisé dans certains panneaux solaires de bas de gamme, mal vus des écolos.

    Le Cadmium n’ayant plus d’applications industrielles marquantes, son marché, en Occident, a quasiment disparu.
    Je ne sais pas ce que font aujourd’hui les producteurs de zinc de leur cadmium fatal.

  3. Raymond Bonnaterre mai 9, 2016 à 4:05

    Le nouveau patron du pétrole saoudien. Dans un premier temps sa réputation devrait faire plutôt baisser les cours.
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-05-08/saudi-s-new-oil-boss-seen-chasing-record-output-to-stymie-shale

Commenter cet article